The « Qala Uta » project is born at the beginning of the 2002,...

Le projet « Qala Uta » est né au début de l’année 2002, à l’initiative de quelques familles des communautés d’Uma Palca et de Challana. Ces dernières avaient constaté que depuis quelques années des touristes curieux commençaient à s’intéresser à la beauté des paysages de la Cordillère Royale sans jamais venir jusque dans leurs villages respectifs. La vallée qui abrite les deux  villages est éloignée géographiquement. Les sentiers de randonnée, alors développés,  passent sur le versant Altiplano, le plus accessible. Ces deux communautés se situent sur le versant opposé. Les membres de Qala Uta ont alors dessiné le projet de partager avec les visiteurs, leur connaissance de la montagne, leur culture et leur mode de vie.

Le projet « Qala Uta » a réellement été impulsé par une famille d’Uma Palca. En effet, Santos, le père de famille a commencé à chercher des soutiens financiers et techniques afin de démarrer ce beau projet. Il dut se battre contre les réticences de certains membres de la communauté. Certains habitants de la région n’étaient pas convaincus par les retombées économiques du tourisme solidaire, ou se sentaient même menacés par la venue d’étrangers sur leurs terres. A force de persuasion et de patience, Santos et ses amis réussirent à faire comprendre à leurs voisins la nécessité de s’approprier l’activité touristique afin de trouver une nouvelle source de développement économique pour les villages environnants.

Qala Uta se matérialisa alors sous le statut d’association. Cette forme juridique semble la plus adaptée aux réalités communautaires, où le travail s’organise harmonieusement aussi bien de manière collective qu’individuelle.

Le projet fut ainsi présenté à des coopérations internationales. Une ONG décida d´appuyer cette initiative et permit à la communauté de récolter des fonds nécessaires à la construction d´infrastructures (refuges d’Uma Palca et de Challana), à la formation de la communauté au tourisme et à l’achat d´équipements. Malheureusement, suite à une restructuration de l’ONG, le projet Qala Uta fut obligé de s´autofinancer, en effet seulement 20% des fonds promis ayant été versés, les 80% restants étant impossibles à récupérer.

En 2005, grâce à la volonté et l´aide de toutes les familles d’Uma Palca, l’actuel refuge de haute montagne de la communauté vit finalement le jour. Le refuge fut baptisé « Refuge Santos » en mémoire à cet ami initiateur du projet qui malheureusement nous quitta cette même année, avant d’avoir pu voir l’œuvre de sa vie s´achever. Le refuge de Challana quant à lui, ne put se conclure par manque de financements.

En 2006, Remi, un coopérant français qui a accompagné Qala Uta dans ses premiers pas, invite un groupe de bretons à visiter les communautés. Ce fut le début d’une grande amitié entre l’association bolivienne et les visiteurs bretons. Suite à cette expérience, les visiteurs décidèrent de fonder l´association “Sawuña” (“Tisser” en langue Aymara). Celle-ci organise tous les deux ans un voyage dans la Cordillère Royale afin de partager une belle expérience avec les familles de Qala Uta ainsi que des collectes de fonds afin d´appuyer financièrement les communautés (achat de matériel scolaire pour les enfants, mise en place de systèmes d’eau courante…)

Uma Palca est situé sur les hauts plateaux andins à 4.200m d’altitude, au pied des glaciers de la Cordillère Royale. Le climat y est très froid et ne permet pas de développer d’autres activités que l’élevage de  lamas et le travail minier dans la concession appelée La Fabulosa. Les conditions y sont très rudes et notamment pour les mineurs qui vivent dans des campements sommaires loin de leur domicile.

Le Village de Challana se trouve 2.000m plus bas, le climat y est plus chaud et plus clément. Si la vie parait plus facile dans cette petite communauté, la réalité en est tout autre. La communauté de Challana est très isolée. En effet, ses habitants doivent marcher de longues heures pour vendre le fruit de leur production. Les enfants du village doivent également marcher environs trois heures pour rejoindre l´école située dans le village de Pablo Amaya. La majorité des jeunes rejoignent ensuite la ville pour poursuivre leurs études et chercher du travail.

Les membres de Qala Uta voient le tourisme comme un moyen de développer la solidarité, le respect ainsi que la protection de leur environnement, des concepts déjà inhérents à la Cosmovision Aymara. Pour les familles de Qala Uta, le tourisme permet de manière collective d´améliorer leurs conditions de vie tout en freinant l’exode rural grâce à la création de nouvelles sources d’emplois, pour les jeunes en particulier.

Les revenus perçus par le tourisme sont redistribués : les personnes qui ont participé à cette activité (guides, porteurs, cuisiniers…) sont rémunérées au prix juste, ce qui indirectement bénéficie à leur famille. De plus, 20% des bénéfices sont destinés à améliorer les infrastructures existantes. 10% sont également affectés annuellement à un projet solidaire qui bénéficie aux membres de la communauté, qu´ils soient actifs ou non dans l’association Qala Uta (installation d’un système d’eau potable, achat de matériel scolaire…)

Qala Uta  reçoit malheureusement peu de visiteurs par manque de promotion. Qala Uta est une association particulièrement active dont les membres (20 familles) font preuve d´une forte motivation. Les projets en gestation ne manquent pas mais leur mise œuvre dépend d’une recherche constante de financements et d’appuis techniques.